MINISTÈRE DE LA JUSTICE,GARDE DES SCEAUX ET CHARGÉ DES DROITS DE L'HOMME

Sceau de Republique Gabonaise

Le Ministre de la Justice réceptionne le nouveau bâtiment annexe de la Prison centrale de Libreville

Logo

La célébration de la Journée internationale des droits de l’Homme a été marquée par la réception du bâtiment annexe de la Prison centrale de Libreville, le jeudi 10 décembre 2020, la Session de formation à l’endroit de la chaîne pénale, les audiences correctionnelles spéciales avec assistance gratuite des détenus par les avocats et l’inauguration de la salle multimédia créée en vue du programme de formation et de réinsertion des jeunes détenus avec l’appui de l’Unesco.

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale des droits de l’Homme dont le thème retenu est «Reconstruire en mieux-Défendons les droits de l’Homme », et redéfini dans notre pays «  Droits et prisons dans le contexte Covid-19, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et chargé des droits de l’Homme, Erlyne Antonela Ndembet Damas, a réceptionné le bâtiment annexe de la prison centrale de Libreville.

La remise des clés du bijou architectural de 17 cellules dont une trentaine de salles de bain et de lieux d’aisance, un dispensaire, des parloirs modernes et des cuisines, s’est faite en présence des Ministres de la Défense nationale, Michaël Moussa Adamo, qui a procédé à la remise officielle des clés de l’annexe au Garde des Sceaux; et celui de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou.

Occasion donnée au ministre de la Justice de dire l’intérêt du Gouvernement d’associer la dédicace de cette nouvelle bâtisse, en profitant des activités de la commémoration de cette journée. Ainsi que la mise à disposition aux personnes incarcérées, en vue de participer à leur réinsertion, d’une salle multimédia équipée par le partenaire Onusien qu’est l’Unesco.

Lors de son allocution circonstancielle, elle a tenu à remercier tous les partenaires du ministère de la Justice, qu’il s’agisse des organisations gouvernementales ou non, des associations, société ou bénévole qui assistent au quotidien son département ministériel dans sa noble ambition d’améliorer les conditions en milieu carcéral.

Tout comme elle a dit ses sincères remerciements au Génie militaire, sous la supervision du ministère de la Défense nationale qui est maître d’œuvre de cet ouvrage. Cette collaboration est un exemple de cohésion gouvernementale prônée par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement sous la haute impulsion de Monsieur le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a-t-elle précisé.

Il s’agit des réalisations qui sont un gage de la volonté du Gouvernement d’installer les droits humains au cœur de ses priorités, en accompagnant les principaux acteurs dans la réforme du système pénitentiaire.

Grâce aux mesures édictées par le Chef de l’Etat, les maisons d’arrêt du Gabon ont été épargnées de toute propagation et de toutes contaminations du virus. Ces mesures ont veillé à la sauvegarde des droits de l’homme par la continuité des audiences dans le strict respect des mesures barrières, a-t-elle soutenu, non sans exhorter les uns et les autres à ne pas céder au relâchement étant donné que le virus est toujours parmi nous.

Aux agents de la sécurité pénitentiaire qui auront la charge d’utiliser, à l’instar des détenus, les infrastructures, qu’il s’agisse du nouveau bâtiment ou des divers ateliers réhabilités ; elle a demandé de tenir compte des efforts inlassables du Gouvernement pour l’amélioration de leurs conditions de travail.

Elle a dit attendre des agents de la Sécurité pénitentiaire la manifestation de la loyauté, intégrité, discipline et humanisme qui devraient caractériser leur engagement au service des concitoyens incarcérés. « Plus que jamais, il vous est demandé de faire montre des aptitudes inhérentes à la profession que sont rigueur et probité, pour parvenir à un meilleur rendement et prétendre au mérite auquel vous devez tous aspirer », a conclu le Garde des Sceaux.

Il est à préciser que la célébration de la journée internationale des droits de l’Homme a également été marquée par la tenue des audiences au sein de la prison centrale de Libreville ; laquelle tenue a été précédée quelques jours plus tôt par une caravane de sensibilisation à Mouila et à Lambaréné, en lien avec le Projet d’Appui à la Promotion et Protection des Droits de l’Homme au Gabon, financé par l’Union européenne et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) pour l’Afrique Centrale.

Publié le : 10 / 12 / 2020


En Haut